AVIS

Quand les comédiens retournent à l’école

adr01-comic_academy

La Comic Academy Paris, une solide formation de comédien

Le rendez-vous est donné au 41, rue du Temple. En compagnie de Pascal Daubias, nous entrons par une petite porte au fond de la cour, dans le Centre de danse du Marais, à deux pas du Café de la Gare. La Comic Academy Paris (photo ci-contre) – tel est le nom de cette école – dispose de trois types de cours : écriture, jeu et mise en scène. Le tout enseigné depuis 1993 par Pascal Daubias, comédien et metteur en scène. Les élèves sont mélangés quel que soit leur niveau. L’idée étant que dans ce métier, il vaut mieux être humble et toujours se dire qu’on a encore des progrès à faire. Le maître des lieux avoue d’ailleurs avoir toujours fait ce qu’il aimait faire, sans se préoccuper du qu’en-dira-t-on. « C’est un cours comme celui que je rêvais moi-même de faire quand j’étais plus jeune », confie-t-il.

Parmi la dizaine d’élèves, tous ne souhaitent pas faire de l’humour leur métier. « Ceux qui veulent devenir humoristes professionnels sont généralement plus jeunes et représentent un tiers des élèves. Les autres – surtout des cadres – fréquentent le cours comme un loisir, parce qu’ils aiment bien jouer tout simplement », explique Pascal Daubias, en précisant que la moyenne d’âge avoisine les 30 ans. La séance commence, et les élèves jouent leurs sketches un par un. Tous reçoivent des conseils sur le ton de la voix, la bonne manière de jouer les répliques, voire sur la gestion de l’espace et le contact avec le public. « Le jeu, c’est deux choses ensemble : le personnage et son visuel », explique le maître. Si la plupart sont demandeurs de conseils concrets, certains, surtout au début, ont besoin de plus d’entraînement pour se sentir libres de faire n’importe quoi sur scène, ne pas avoir de blocages. Tout oser.

« Les cours m’ont fait travailler sur la sincérité du jeu et m’ont appris à rendre le texte plus fort. Par ailleurs, Pascal est un excellent metteur en scène », raconte Camille Broquet, ancienne élève devenue comédienne. « Nous avons consacré pas mal de temps à travailler sur les intonations, au fait de jouer le personnage et non simplement débiter le texte », ajoute Germain Récamier, autre ancien élève et auteur de la pièce Duos. Au fil des cours, les élèves apprendront également comment se mettre en scène et à trouver de nouvelles idées. Moment important de l’apprentissage, une fois les sketches préparés, les élèves se produisent au Théâtre de Dix Heures et au Café de la Gare, deux salles parisiennes. Une fois par mois, les sketches encore en préparation sont testés lors des Labos du rire au restaurant Le Kibelé dans la capitale. »

Anton Kunin